Les théories de la justice distributive

Publié par : Economist

Les théories de la justice distributive. Comme dans les théories déjà présentées, un des problèmes est encore de savoir comment estimer le niveau de bien-être qui peut être atteint. Arneson va défendre une approche subjective du bien-être, tandis que Sen et Roemer vont chercher, comme Rawls, une mesure objective. D’un point de vue pratique, une question importante est de savoir comment prendre en compte ce vecteur (Xi, Vi, H) multidimensionnel. Arneson reprend certes l’idée welfariste, mais évite les critiques classiques adressées à ce courant en se référant à des « préférences hypothétiques rationnelles » qui sont des préférences particulières, car elles sont rationnelles, autocentrées (au sens où l’individu ne recherche que son intérêt propre), et surtout issues d’une réflexion argumentée. Il est donc welfariste, au sens de la préférence corrigée.


Consulter un extrait ci-dessous

Nous ne mettrons pas l'accent, dans ce travail, sur un aspect de l'équité développé par Young (1994), auteur important lorsqu'il s'agit de penser l'équité dans des cas pratiques. Mathématicien, celui-ci considère la revendication (claims) de chacun des agents comme acquise, et place l'équité au niveau de la distribution précise, au sens de chiffrée, d'un bien entre ces agents.


On s'attachera donc ici à présenter de façon substantielle les principales théories modernes de la justice3, en mettant l'accent pour chacune d'elles sur les caractéristiques pertinentes de l'individu4 qu'elle retient et sur l'idée de justice qu'elle prône. En particulier, les théories reposent sur une conception " moderne " de l'homme : le sujet moral individuel est pour elles de façon axiomatique un être libre par rapport aux références religieuses ou traditionnelles, autonome, c'est-à-dire capable de se donner à lui-même ses propres lois5, et en cela égal en respect à ses semblables : toutes mettent en avant le traitement égal de chacun, au sens où chaque individu compte identiquement (principe d'anonymat). L'individu est donc considéré comme ayant un libre arbitre, ce qui fait de lui un être responsable ; toute la difficulté sera de savoir de quoi il est responsable. On mettra particulièrement l'accent sur la manière dont chacune traite de la responsabilité de l'individu dans ses choix. Par ailleurs, même si chaque individu compte identiquement, les théories divergent sur la possibilité de comparer ou non les individus entre eux, ou plus précisément leurs caractéristiques. En effet, certaines refusent toute comparaison entre individus, et ne considèrent la justice qu'à travers une relation bipolaire entre le législateur et un individu. En revanche, certaines théories cherchent une justice sociale, au sens du bien-être social en économie, et postulent alors la possibilité de comparaisons interpersonnelles. Deux caractéristiques générales de ces théories méritent enfin d'être soulignées : d'une part, toutes ces théories peuvent être comprises comme la défense de l'existence de droits qu'aurait l'individu et qu'il pourrait revendiquer dans le cadre de la répartition d'un bien entre plusieurs agents ; d'autres part, toutes ces théories reposent sur des considérations de justice globale, au sens où la répartition étudiée doit corriger l'ensemble des inégalités dont souffrent les individus. Pourtant, les questions de distribution réelle sont souvent rattachées à des contextes particuliers : le système de permis d'émission négociables entre entreprises est instauré pour organiser la réduction de la pollution au moindre coût, et non pour régir un système général de subventions à l'ensemble des entreprises ou pour corriger toutes les différences de situations dans laquelle chacune se trouve. Il y a donc lieu d'apporter une attention particulière au contexte de distribution posé. D'autres théories récentes, fondées sur des réflexions de justice " locale " qui prennent en compte cet aspect, sont développées à la fin de l'article.


On ne développera pas le thème de l'exploitation marxiste, définie comme l'appropriation par les détenteurs du capital, voire de l'ensemble des non-travailleurs, d'une partie du produit net issu du surtravail des travailleurs salariés. Le thème central des thèses marxiennes, et de leurs variantes, est toujours celui de l'oppression d'un groupe à travers le rapport salarial, et les principes de justice prônés sont toujours l'abolition de la propriété privée et l'égal accès aux ressources publiques. La référence au travail est centrale dans ces théories. Or, comme le souligne Kymlicka (1999, p. 215), " il devient aujourd'hui de plus en plus difficile d'accepter la thèse marxiste traditionnelle selon laquelle toute politique progressiste repose sur la centralité du travail. Nombre des combats pour la justice les plus importants de notre temps concernent des groupes qui ne sont pas opprimés par le rapport salarial, ou pas seulement par lui ".



Publier sur Facebook Publier sur Twitter
Informations
Date :

19/12/2012


Langue :

Français


Pages :

37


Consultations :

6440


Note :
Téléchargement Gratuit
  • Votre email n'est pas valide

    Vous devez valider les conditions d'utilisation

    J'accepte les conditions d'utilisation

-->
Résumé

Auteur : Alexia LESEUR


Tags : Article de recherche, Economie
Sur le même thème
Vues : 819

Pourquoi réformer la politique d'accueil de la petite enfance en France ? Comparaison avec les politiques d'autres pays de...

Vues : 770

Logement social et accession à la propriété - Disponible sur l'archive ouverte pluridisciplinaire HAL.

Vues : 617

Walras et l'économie publique - Disponible sur l'archive ouverte pluridisciplinaire HAL.

Vues : 488

Hayek et Rawls sur la justice sociale : les différences sont-elles plus verbales que substantielles - Disponible sur l'archive...

Vues : 481

Le problème du réalisme des hypothèses en économie politique - Disponible sur l'archive ouverte pluridisciplinaire HAL.

Vues : 437

Transports publics et taxis : concurrence ou complémentarité ? - Disponible sur l'archive ouverte pluridisciplinaire HAL.

Du même contributeur
Vues : 6154

Les fusions-acquisitions et l'analyse économique du droit : approche comparée France-Etats-Unis - Disponible sur l'archive...

Vues : 4605

Tourisme et internationalisation : le cas du groupe Accor - Disponible sur l'archive ouverte pluridisciplinaire HAL.

Vues : 4533

Web PageRank Prediction with Markov Models - Disponible sur l'archive ouverte pluridisciplinaire HAL.

Vues : 3243

Les principaux courants de pensée économique. http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

Vues : 2976

La sidérurgie française 1945-1979. L'histoire d'une faillite. Les solutions qui s'affrontent. La politique gouvernementale...

Vues : 2762

Le commerce en ligne des oeuvres d'art - Disponible sur l'archive ouverte pluridisciplinaire HAL.

Commentaires
Super passionnant à lire, j'ai adoré
Brosse750
01/10/2018 - 17h52
Ajouter un commentaire
Envoyer
Pour envoyer la page de votre document, notez ici les emails destinataires de votre demande :
Séparez les emails par des virgules
Signaler un abus
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour noter un document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour envoyer le document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous ne pouvez pas acheter de documents sur Needocs.
Vous pouvez vous référer aux conditions générales de vente et d'achat du portail pour connaître les modalités d'achat.