La loi du 9 décembre 1905

Publié par : Ruesaintgui

Fiche technique : La loi du 9 décembre 1905. Les explications de vote montrent que l'effort de libéralisme de Briand, auquel l'opposition el e même rend à l'occasion hommage, ne suffisait pas à désarmer la méfiance, sinon l'hostilité des catholiques, sans l'empêcher d'être en butte aux critiques des anticléricaux.


Consulter un extrait ci-dessous

Les choses se précipitent bientôt, et si le projet de loi gouvernemental déposé par Combes est fort éloigné du travail de la Commission, le projet de loi déposé par Bienvenu-Martin dès la formation du cabinet Rouvier s'en inspire fort. La Commission est parvenue au terme de son ?uvre.


Le 4 mars 1905 Briand dépose son rapport. " En vous présentant ce rapport, nous avons pour objectif de prouver que la seule solution possible aux difficultés intérieures qui résultent en France de l'actuel régime concordataire, est dans une séparation loyale complète des Eglises et de l'Etat. ". Rappelant que la " neutralité de l'Etat en matière confessionnelle [était] l'idéal de toutes les sociétés modernes ", la Commission invitait le Parlement à une prise de considération immédiate du projet.


En butte aux attaques de la droite, aux avertissements et aux mises en garde du centre, Briand n'en doit pas moins se garder à gauche. Une minorité combative : des radicaux socialistes, des socialistes jaurésistes, la plupart des socialistes de l'Unité socialiste révolutionnaire ne cessent de dénoncer sa trop grande mansuétude vis-à-vis de l'Eglise.


Le 10 avril, le député du Var, Maurice Allard, blanquiste de formation, collaborateur habituel de La Lanterne, défendait le contre-projet qui avait la faveur de la libre pensée. Ce même groupe (minorité expression de la libre pensée militante) s'oppose quelques jours plus tard à Briand et à Jaurès dans la bataille décisive pour l'avenir de la loi de séparation engagée sur l'article 4, qui inquiète les catholiques car il laissent la porte ouverte à des associations cultuelles formées de laïcs susceptibles de devenir schismatiques, en ne faisant nulle part mention de l'organisation spécifique de l'Eglise catholique.


Le 19 avril, la Commission, avec l'accord du ministre de l'Instruction publique et des cultes modifie le texte primitif du premier paragraphe de l'article 4 du projet de loi. Le nouveau texte stipule que les représentants légaux des établissements du culte devront attribuer leurs biens aux associations nouvelles qui se conformeront aux " règles d'organisation générale du culte dont elles se proposent d'assurer l'exercice.". C'est, sans la nommer, faire place à la hiérarchie catholique : les dangers schismatiques sont écartés, et la structure d'organisation particulière de l'Eglise catholique est respectée.


De Rosanbo qui déclare que l'Eglise réagira face à la loi par la méconnaissance ce cette dernière donc par "la lutte, la lutte dure et pénible". Les députés de l'Action Libérale affirment que la loi provoque une "rupture violente dans les traditions françaises. Qu'elle [...] reste la violation flagrante et injuste d'engagements solennels pris avec le Saint-Siège". Les catholiques brandissent la menace d'une résistance à venir, et déclarent voter contre.


Parmi les députés de la majorité certains votent la loi avec réserve. Des radicaux socialistes craignaient que "tant d'avantages accordés à l'Eglise, au lieu de la désarmer, [...] ne lui donne à la fois l'idée et les moyens d'agiter et de troubles le pays". Une fraction des socialistes se déclare également déçue. Ils considèrent que la loi "ne répond nullement aux desiderata des républicains". Mais "malgré qu'elle ne soit pas ce que nous aurions voulu qu'elle fût, nous voterons la loi". D'après eux ce n'est qu' "une loi provisoire destinée à marquer une étape nécessaire dans la marche vers la laïcisation intégrale". Elle devra donc être revue plus tard.



Publier sur Facebook Publier sur Twitter
Informations
Date :

09/01/2013


Langue :

Français


Pages :

4


Consultations :

5359


Note :
Téléchargement Gratuit
  • Votre email n'est pas valide

    Vous devez valider les conditions d'utilisation

    J'accepte les conditions d'utilisation

-->
Résumé

Auteur : Natalia Gallois, Fedja Dautovic, Clément Fléjou


Tags : Fiche technique, Sciences Po, séparation, église, Etat
Sur le même thème
Vues : 8338

Fiche technique : Les institutions de la IIIème République.

Vues : 6475

A travers cet exposé : découvrez comment sont nés les partis politiques en France ? Au fur et à mesure que les élections...

Vues : 4441

La communication des institutions publiques. La communication publique non gouvernementale concernetoutes les institutions...

Vues : 3309

Note de synthèse : Les historiens et l'école méthodique.

Vues : 3107

Résumé révolution industrielle

Vues : 2654

Exposé : Les Franéais et l'Empire colonial. Gambet a souhaite que la France vaincue mais non pas ruinée puisse reprendre...

Du même contributeur
Vues : 2194

Note de synthèse : Les Paysans et la République de 1871 à 1914.

Vues : 2171

Note de synthèse : Le Ralliement des catholiques à la République.

Vues : 2160

Fiche technique : Le système scolaire et universitaire de la IIIème République.

Vues : 1724

Exposé : Les historiens du XIXe siècle et la Révolution française.

Vues : 1643

Fiche technique : Les procès du Capitaine Dreyfus.

Vues : 1528

Exposé : Le socialisme et le syndicalisme à la belle époque.

Commentaires
Aucun commentaire pour cette publication
Ajouter un commentaire
Envoyer
Pour envoyer la page de votre document, notez ici les emails destinataires de votre demande :
Séparez les emails par des virgules
Signaler un abus
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour noter un document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour envoyer le document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous ne pouvez pas acheter de documents sur Needocs.
Vous pouvez vous référer aux conditions générales de vente et d'achat du portail pour connaître les modalités d'achat.