Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran de E.-E. Schmitt (Fiche de lecture)

Publié par : lePetitLitteraire.fr

Fiche de lecture Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran de E.-E. Schmitt. Être heureux pour monsieur Ibrahim, ça s'apprend et ça s'ancre dans la réalité. Le beau est partout, les autres sont intéressants et chacun a sa place. En choisissant de se faire adopter par le vieil homme, Momo fait le choix du bonheur. En cela d'ailleurs, il ressemble à sa mère qui est partie pour avoir « une vie heureuse ». Si, au départ, tout semble séparer Momo du vieil homme, leur voyage commun démontre l'inverse. Momo accepte alors l'héritage de monsieur Ibrahim, symbolisé par le coran qui enseigne tout puisque tout est à l'intérieur, mais qui ne suffit pas puisque, selon monsieur Ibrahim, les réponses ne sont pas dans les livres, mais chez les êtres : « Lorsqu'on veut apprendre quelque chose, on ne prend pas un livre. On parle avec quelqu'un. Je ne crois pas aux livres. » (p. 47) Monsieur Ibrahim lègue aussi à Momo son épicerie. En faisant cela, il émancipe le jeune homme, le rendant « libre » puisqu'il lui donne les moyens matériels de construire sa vie et de fonder une famille.


Consulter un extrait ci-dessous

Les conversations de Momo et du vieil épicier prennent progressivement un tour philosophique : ils abordent des sujets comme l'amour, la religion (l'un est musulman, l'autre juif), le bonheur, etc. Comme le vieil homme sent le désespoir du jeune garçon livré à lui-même et privé d'affection, il s'occupe aussi de son quotidien : il le sort, l'emmène chez le dentiste et lui achète des chaussures. Il lui offre même un coran, à la demande de Momo.


Un jour, Moïse trouve une lettre inachevée de son père dans laquelle ce dernier lui annonce qu'il a perdu son travail et qu'il part, lui laissant le peu d'argent qui reste. Momo fait comme si de rien n'était : " Il était hors de question que j'admette avoir été abandonné " (p. 44), dit-il. Il apprend à imiter la signature de son père et fait mine de cuisiner pour deux. Même à son ami l'épicier, Momo ne dit rien.


Souhaitant se prouver qu'il est digne d'être aimé, il se met à " faire la cour avec une ardeur de noyé " (p. 46) à Myriam, la fille du concierge. Mais cette relation est source de tourments supplémentaires. Lorsqu'il s'ouvre à son vieil ami, celui-ci lui dit avec la sagesse qui le caractérise que ce que l'on donne est à soi pour toujours, et que cela est valable aussi pour l'amour : " Ton amour pour elle, il est à toi. Il t'appartient. " (p. 48)


À leur retour, Momo se trouve confronté une fois de plus à la cruelle réalité de son existence : des policiers lui annoncent sans ménagement que son père s'est jeté sous un train et qu'il faut aller reconnaitre le corps. C'est monsieur Ibrahim qui s'en charge. Il explique au jeune garçon qu'il faut qu'il pardonne à son père ; celui-ci a été victime de son destin.


Mais le destin frappe encore à la porte de Momo, cette fois en la personne de sa mère. Une scène étrange a alors lieu, où chacun fait mine de ne pas savoir qui est l'autre : Momo raconte qu'il s'appelle Mohammed et que Moïse habitait bien dans cet appartement, mais qu'il a déménagé ; elle, de son côté, explique qu'elle est partie parce qu'elle ne pouvait pas vivre avec le père de Momo, à qui elle a dû laisser son seul fils pour pouvoir suivre l'homme qu'elle aimait. Momo comprend alors que Popol n'a jamais existé.


Ayant acheté une voiture, ils traversent d'abord la Suisse, l'Albanie et la Grèce, et arrivent à Istanbul, où Momo est conduit dans un Tekké, un monastère soufi. Il découvre les Soufis, ces moines appelés aussi derviches tourneurs, car ils ont pour prière une danse lente, tournoyante, lors de laquelle ils pointent une main en direction de la terre et l'autre en direction du ciel. Momo pardonne enfin à ses parents : " J'avais la haine qui se vidangeait. " (p. 75)


Ensuite, ils continuent leur périple en direction de " la mer de naissance " (p. 79) de monsieur Ibrahim qui, trop bouleversé à l'idée de revoir son ami Abdullah, préfère partir seul au volant de la voiture, tandis que Momo l'attend. Mais, comme la journée passe et qu'il ne revient pas, le jeune garçon part à sa recherche et apprend que monsieur Ibrahim a eu un grave accident de voiture. Il le retrouve mourant. Ils ont alors une dernière conversation, intense, avant que monsieur Ibrahim ne parte " rejoindre l'immense " (p. 80). Momo s'efforce de sourire comme son " père " lui a appris.



Publier sur Facebook Publier sur Twitter
Informations
Date :

01/11/2011


Langue :

Français


Pages :

13


Consultations :

6570


Note :
Téléchargement Express
  • Prix : 3.99€

  • Votre email n'est pas valide

    Vous devez valider les conditions de vente

    J'accepte les conditions de vente

Paiement 100 % sécurisé
Résumé

Auteur : Fabienne Durcy


Editeur : Primento Editions


Tags : Bac de français, analyse littéraire, fiche de lecture, méthodologie, Monsieur Ibrahim et les Fleurs du coran, E.-E. Schmitt
Sur le même thème
Vues : 4679

Fiche de lecture Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows. Lorsque...

Vues : 3687

Fiche de lecture Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry. La particularité du voyage initiatique du petit prince est que...

Vues : 3598

Fiche de lecture Le Vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepúlveda. De plus, à travers certains personnages, et...

Vues : 2354

Fiche de lecture Balzac et la Petite Tailleuse chinoise de Dai Sijie. Ce sont donc les deux jeunes gens envoyés à la montagne...

Vues : 2058

Fiche de lecture L'Île au trésor de Robert Louis Stevenson. En raison de ses multiples rebondissements et de sa quête...

Vues : 1941

Fiche de lecture Vol de nuit de Saint-Exupéry. La seconde conception de la vie est principalement incarnée par les épouses...

Du même contributeur
Vues : 14798

Fiche de lecture Eldorado de Laurent Gaudé : Si l’on peut considérer que les récits de Piracci et de Soleiman débutent au...

Vues : 14708

Fiche de lecture Les Misérables de Victor Hugo. Le roman des Misérables se présente comme un véritable plaidoyer en faveur...

Vues : 12471

À l'Ouest, rien de nouveau d'Erich-Maria : L’écriture à la première personne et le ton confessionnel du récit de Bäumer...

Vues : 11660

Fiche de lecture sur No et moi de Delphine de Vigan : Elle est apprivoisée par No et, par la suite, elle en a besoin pour ne...

Vues : 10238

Art de Yasmina Reza : L’action de la pièce se déroule dans trois espaces identiques, les appartements des trois...

Vues : 9864

L'Appel de la forêt de Jack London : À travers un récit sur la conscience et l’évolution d’un chien, London raconte une...

Commentaires
Aucun commentaire pour cette publication
Ajouter un commentaire
Envoyer
Pour envoyer la page de votre document, notez ici les emails destinataires de votre demande :
Séparez les emails par des virgules
Signaler un abus
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour noter un document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour envoyer le document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous ne pouvez pas acheter de documents sur Needocs.
Vous pouvez vous référer aux conditions générales de vente et d'achat du portail pour connaître les modalités d'achat.