La Peste de Albert Camus (Fiche de lecture)

Publié par : lePetitLitteraire.fr

La Peste de Camus : Selon cette lecture, la peste apparait comme un élément constitutif de la condition humaine. L’un des principaux visages de ce fléau, pour le narrateur, est l’absence de solidarité entre les hommes. Rieux (surtout) et ses amis font ainsi figure d’exception : malgré le nivellement social et malgré le désespoir croissant qui pousse à un certain héroïsme, la plupart des Oranais restent méfiants et préfèrent se replier égoïstement sur eux-mêmes plutôt que de participer à la lutte collective. Le narrateur invite d’ailleurs à ne pas exagérer l’importance des formations sanitaires, mais souligne que ce sont ces tentatives, ces efforts modestes qui font la grandeur de l’homme


Consulter un extrait ci-dessous

L'hécatombe des rats se poursuit et s'amplifie jusqu'à la fin du mois. Elle cesse alors brutalement, mais Rieux constate que certains patients (dont M. Michel, son concierge) sont atteints d'un mal étrange qui les emporte en quelques jours. Les cas se multiplient, les autorités tardent à réagir et la ville toute entière est en fièvre. L'épidémie prend de l'ampleur et Rieux doit se rendre à l'évidence : la peste décime les Oranais. Il alerte alors le préfet. De timides mesures prophylactiques sont prises (les autorités ne veulent pas effrayer la population), mais restent insuffisantes.


Certains font preuve de solidarité et tentent de lutter contre le fléau, à l'image du docteur Rieux qui se tue à la tâche et refuse de baisser les bras. Jean Tarrou (un rentier aisé dont le narrateur a recueilli le témoignage) se met au service de Rieux et prend part aux formations sanitaires mises en place par la ville.


Raymond Rambert, un journaliste parisien séparé de sa compagne, l'imite quand il comprend qu'il ne peut bénéficier des rares mesures d'exception qui lui permettraient de quitter la ville. Joseph Grand, employé à la mairie, accepte aussi de donner de son temps libre pour coordonner les efforts des médecins et des bénévoles (p.137).


D'autres cependant sont plus réticents à apporter leur soutien. Cottard, qui trouve une étrange satisfaction dans le malheur de ses concitoyens, profite même de la situation en faisant de la contrebande. De son côté, le père Paneloux tente de donner un sens au fléau lors d'un prêche à la cathédrale : la peste est pour lui un avertissement de Dieu. Rieux n'y croit pas. Épuisé, le docteur continue stoïquement sa lutte.


Durant l'été, l'épidémie s'amplifie et la mort se banalise : on fait disparaitre les cadavres à la hâte et on abat ceux qui tentent de fuir la ville. La douleur aigüe cède la place à l'abattement et les gens se résignent à vivre au présent, sans espoir et sans mémoire. L'amour déserte le coeur des habitants. La peste apparait comme un fléau monotone qui ne laisse pas de place à l'héroïsme : " un interminable piétinement qui écras[e] tout sur son passage " (p.181).


L'automne arrive et les morts se succèdent. Rieux devient indifférent à la souffrance qui s'étale quotidiennement sous ses yeux, mais il n'abandonne pas son combat pour autant. L'agonie, puis le décès d'un innocent (le jeune fils du juge Othon) le révoltent. Le père Paneloux s'efforce d'y voir la volonté de Dieu. Rieux s'emporte, puis s'excuse et reconnait qu'ils doivent travailler ensemble. Mais, quelques jours plus tard, après un prêche empreint de doute, le père Paneloux meurt sans avoir consulté de médecin et sans qu'on puisse affirmer que c'est la peste qui l'a emporté.


Durant cette période, Rieux se confie un peu à ceux qui l'entourent. Il parle de sa femme (dont il reçoit des nouvelles lacunaires par télégramme) à Grand et il discute ouvertement du bonheur égoïste qu'est l'amour avec Rambert, à qui il ne peut reprocher de vouloir quitter la ville. Celui-ci renonce d'ailleurs à son projet : s'il n'y a pas de honte à préférer le bonheur, " il peut y avoir de la honte à être heureux tout seul " (p.208). Cottard n'en éprouve pourtant pas. Il continue à faire des affaires et semble se réjouir de n'être plus le seul à souffrir.



Publier sur Facebook Publier sur Twitter
Informations
Date :

01/11/2011


Langue :

Français


Pages :

14


Consultations :

4989


Note :
Téléchargement Express
  • Prix : 3.99€

  • Votre email n'est pas valide

    Vous devez valider les conditions de vente

    J'accepte les conditions de vente

Paiement 100 % sécurisé
Résumé

Auteur : Maël Tailler


Editeur : Primento Editions


Tags : Bac de français, analyse littéraire, fiche de lecture, méthodologie, La Peste, Albert Camus
Sur le même thème
Vues : 11901

Fiche de lecture sur No et moi de Delphine de Vigan : Elle est apprivoisée par No et, par la suite, elle en a besoin pour ne...

Vues : 6924

Fiche de lecture Cannibale de Didier Daeninckx : Le texte de Daeninckx montre qu’en réalité les Français ont réussi à...

Vues : 4367

Fiche de lecture L'Étranger de Camus : On ne parvient en tout cas pas à dire quand Meursault aurait écrit son histoire. Les...

Vues : 3852

Fiche de lecture Les Justes de Albert Camus. L'action terroriste s'impose, mais elle a des limites : elle doit être ciblée...

Vues : 3814

Fiche de lecture Pauline de Alexandre Dumas. C'est la figure du mal qui provoque chez Pauline un mélange de...

Vues : 3672

La nuit du renard de Mary Higgins Clark : Qu’est-ce que le surnom d’Auguste Rommel Taggert, Renard, vous apprend sur sa...

Du même contributeur
Vues : 14920

Fiche de lecture Eldorado de Laurent Gaudé : Si l’on peut considérer que les récits de Piracci et de Soleiman débutent au...

Vues : 14841

Fiche de lecture Les Misérables de Victor Hugo. Le roman des Misérables se présente comme un véritable plaidoyer en faveur...

Vues : 12700

À l'Ouest, rien de nouveau d'Erich-Maria : L’écriture à la première personne et le ton confessionnel du récit de Bäumer...

Vues : 10380

Art de Yasmina Reza : L’action de la pièce se déroule dans trois espaces identiques, les appartements des trois...

Vues : 9970

L'Appel de la forêt de Jack London : À travers un récit sur la conscience et l’évolution d’un chien, London raconte une...

Vues : 9347

Fiche de lecture un secret de Philippe Grimbert : Comme le titre l’indique, le sujet essentiel du roman est la question du...

Commentaires
Aucun commentaire pour cette publication
Ajouter un commentaire
Envoyer
Pour envoyer la page de votre document, notez ici les emails destinataires de votre demande :
Séparez les emails par des virgules
Signaler un abus
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour noter un document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour envoyer le document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous ne pouvez pas acheter de documents sur Needocs.
Vous pouvez vous référer aux conditions générales de vente et d'achat du portail pour connaître les modalités d'achat.