La Civilisation, ma Mère !... de Driss Chraïbi (Fiche de lecture)

Publié par : lePetitLitteraire.fr

La Civilisation, ma Mère !... de Driss Chraïbi : Dans la première partie de La Civilisation, ma Mère !..., il joue surtout sur un comique de situation en plaçant la mère face à des objets issus de la modernité. Sa méconnaissance des produits l’amène à se les réapproprier avec ses repères à elle, avec ses propres croyances. Ainsi, elle pense qu’un génie habite la radio, elle transforme une cuisinière en armoire, elle confond la fiction et la réalité au cinéma, etc., autant de scènes magnifiques où le lecteur ne peut s’empêcher de rire. Dans la seconde partie, c’est davantage un comique de caractère qui domine. La mère brille par son obstination. Elle n’hésite pas à travailler toute la nuit pour tisser un drapeau qui réunit l’ensemble des démocraties et pour créer des articles d’une nouvelle constitution. Le lendemain, elle souhaite rencontrer Charles de Gaulle afin de l’entretenir sur les injustices de la colonisation. Elle utilise ses propres moyens pour convaincre le garde (elle lui offre des dattes, lui parle de façon très maternelle, etc.).


Consulter un extrait ci-dessous

Arrive un jour à la maison une énorme caisse qui contient une radio de la marque Blaupunkt. Les enfants sont heureux, mais la mère est craintive : elle ne sait pas ce qu'est cette machine. Ils lui expliquent que c'est une boite qui parle, qui va donner des nouvelles du monde entier. À partir du moment où ils la font fonctionner, la mère ne cesse de l'écouter, persuadée qu'un magicien se cache à l'intérieur. Elle surnomme ce dernier Monsieur Kteu (en rapport avec les dernières lettres de la marque). Il devient son nouvel ami.


Ne connaissant pas les produits de la " civilisation ", la mère détourne quelquefois leur utilisation. Par exemple, elle voit le fil d'un fer à repasser comme une possibilité de l'accrocher au mur. " Le petit loustic " tente de lui expliquer l'électricité en nommant cette dernière Monsieur Ohm. Elle en déduit l'arrivée d'un autre génie, Monsieur Bell, lorsque le téléphone fait son entrée dans la maison. Après une première tentative très drôle où la mère tente de se faire comprendre auprès d'une opératrice du Central, elle devient une habituée du téléphone : elle appelle des gens qu'elle ne connait pas à l'autre bout du pays, elle se lie même d'amitié avec les opératrices. Avec l'aide de Monsieur Kteu et des autres moyens de communication, elle apprend peu à peu, sans sortir de chez elle.


Cette sortie est un secret. Les deux frères comptent bien reproduire un tel évènement. La mère s'interroge sur tout ce qu'elle a vu. Elle semble avoir hâte de retrouver les arbres. D'ailleurs, le narrateur trouve dans son cahier d'école un dessin de sa mère souriante au milieu de deux arbres.


La seconde sortie a lieu. Ils vont au cinéma alors qu'aucune femme n'y entre habituellement. La mère a du mal à discerner la réalité de la fiction ; elle vit le film comme si l'histoire se déroulait réellement devant elle. Elle ordonne même à Nagib d'aller délivrer le héros qui est attaché à un pilori. Durant l'entracte, la mère raconte sa propre vision du film, créant une nouvelle histoire qui passionne toute la salle à tel point qu'un homme lui demande si elle est scénariste. Elle rentre à la maison, bouleversée : " [...] le monde extérieur et la violence de la liberté s'étaient abattus devant et sur elle comme un déluge d'équinoxe. " (p. 84)


Le narrateur apprend à lire à sa mère. Il lui enseigne également l'Histoire, la géographie et l'aide même à connaitre son propre corps en lui montrant des livres de médecine. Il tente de briser toutes ses idées reçues. Nagib s'occupe quant à lui de lui ouvrir un compte en banque et s'achète une voiture pour la promener là où elle le désire quand le père est absent. Il lui avoue que Monsieur Kteu n'est pas un magicien et l'emmène voir le vrai Monsieur Kteu, le speaker de la radio. La mère ne cesse de découvrir de nouvelles choses, de jour en jour, grâce aux deux frères : " t'en fais pas, maman : on te prépare le nid et un jour tu naitras. " (p. 94)


Cette nouvelle partie s'ouvre sur un changement de narrateur. C'est au tour de Nagib de prendre en charge l'histoire. Il s'adresse à son petit frère, parti à Paris, afin de lui raconter l'évolution de leur mère. Cette dernière se renseigne désormais sur tous les conflits qui ont éclaté dans le monde. Elle crée un grand drapeau qui contient les drapeaux de toutes les démocraties.


La mère décide d'aller en personne parler à De Gaulle. Armée de son drapeau, d'un régime de dattes et accompagnée par ses amies, les copains de son fils et des passants, elle se présente devant un soldat qui garde la villa des généraux. Ce dernier refuse de les faire entrer. Elle tente de lui donner les articles de la Constitution Universelle des Peuples Non Encore Indépendants (P.N.E.I.) pour qu'il les transmette au Général, mais le militaire est plus intéressé par les dattes que par les raisons de sa présence. Les manifestants finissent par s'introduire dans le jardin et applaudissent De Gaulle qui est apparu à une fenêtre, les mains levées au ciel.



Publier sur Facebook Publier sur Twitter
Informations
Date :

02/11/2011


Langue :

Français


Pages :

13


Consultations :

6449


Note :
Téléchargement Express
  • Prix : 3.99€

  • Votre email n'est pas valide

    Vous devez valider les conditions de vente

    J'accepte les conditions de vente

Paiement 100 % sécurisé
Résumé

Auteur : Juline Hombourger


Editeur : Primento Editions


Tags : Bac de français, analyse littéraire, fiche de lecture, méthodologie, La Civilisation, ma Mère !... de Driss Chraïbi
Sur le même thème
Vues : 11958

Fiche de lecture sur No et moi de Delphine de Vigan : Elle est apprivoisée par No et, par la suite, elle en a besoin pour ne...

Vues : 6952

Fiche de lecture Cannibale de Didier Daeninckx : Le texte de Daeninckx montre qu’en réalité les Français ont réussi à...

Vues : 5029

La Peste de Camus : Selon cette lecture, la peste apparait comme un élément constitutif de la condition humaine. L’un des...

Vues : 4392

Fiche de lecture L'Étranger de Camus : On ne parvient en tout cas pas à dire quand Meursault aurait écrit son histoire. Les...

Vues : 3866

Fiche de lecture Les Justes de Albert Camus. L'action terroriste s'impose, mais elle a des limites : elle doit être ciblée...

Vues : 3839

Fiche de lecture Pauline de Alexandre Dumas. C'est la figure du mal qui provoque chez Pauline un mélange de...

Du même contributeur
Vues : 14892

Fiche de lecture Les Misérables de Victor Hugo. Le roman des Misérables se présente comme un véritable plaidoyer en faveur...

Vues : 9994

L'Appel de la forêt de Jack London : À travers un récit sur la conscience et l’évolution d’un chien, London raconte une...

Vues : 5627

Fiche de lecture Le Misanthrope de Molière. Les oeuvres dramatiques du 17e siècle sont contrôlées pour vérifier qu'elles...

Vues : 4727

Fiche de lecture Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows. Lorsque...

Vues : 4507

Fiche de lecture Le chevalier double de Théophile Gautier. on retrouve fréquemment une opposition entre le noir et le blanc :...

Vues : 3843

Fiche de lecture Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry. La particularité du voyage initiatique du petit prince est que...

Commentaires
Aucun commentaire pour cette publication
Ajouter un commentaire
Envoyer
Pour envoyer la page de votre document, notez ici les emails destinataires de votre demande :
Séparez les emails par des virgules
Signaler un abus
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour noter un document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour envoyer le document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous ne pouvez pas acheter de documents sur Needocs.
Vous pouvez vous référer aux conditions générales de vente et d'achat du portail pour connaître les modalités d'achat.