Quelle valeur ajoutée du conseil ?

Publié par : Frenchcorp

Le conseil en stratégie et en management s'attache depuis l'origine à répondre aux besoins toujours plus complexes des organisations. L'exceptionnelle croissance du marché ces trente dernières années témoigne de la reconnaissance – implicite – de l'utilité des consultants. Dans un environnement traversé par de profondes mutations, les entreprises se sont appuyées sur les sociétés de conseil pour faciliter leur adaptation, améliorer leur rentabilité et leurs avantages comparatifs, et accompagner leur propre changement. http://www.institut-entreprise.fr/index.php?id=1357


Consulter un extrait ci-dessous

Syntec Conseil en Management, rappelle Xavier Hochet, est le syndicat des métiers du conseil en management et représente environ 60 % de cette profession. Le conseil d'administration de Syntec Conseil en Management a pris très au sérieux ce paradoxe mentionné en introduction. En effet, il faut bien constater la croissance fulgurante du marché du conseil : avec 95 000 collaborateurs


La France présente à ce titre un profil singulier, dans la mesure où le conseil y pèse 0,5 % du PIB alors qu'il est à 1 % en Allemagne, au Royaume-Uni et dans les autres grands pays européens. Parallèlement, l'étude qualitative conduite par Syntec, à la fois en France et au Royaume-Uni, a bien montré que la perception de la création de valeur ajoutée est tout à fait imprécise. Elle est imprécise à double titre, du point de vue de son intensité et de ses caractéristiques. Son intensité est qualifiée de " plutôt bonne " ou " assez importante ", sans qu'il y ait d'opinions vraiment tranchées. Quant à ses caractéristiques, c'est d'abord l'efficacité des processus qui est mentionnée. Si la capacité à faciliter la croissance des entreprises bénéficiaires est aussi mentionnée, seulement 25 % des personnes interrogées considère que cette capacité est réelle.


La première question traitée par Patrick Besson est celle de la perception des académiques. Or un désamour très net apparaît en la matière : le point n'est pas traité ou presque par ces derniers. Parmi les 300 articles académiques recensés, plus de 80 % ne posent pas la question de la création de valeur mais traite de la relation de confiance entre le


Seule une quarantaine d'articles scientifiques aborde cette question. Si l'on entre dans le détail, on s'aperçoit par ailleurs que les chercheurs ont une vision relativement négative des consultants. Avant les années 1990, les consultants, en particulier en stratégie, suscitaient l'attention voire l'admiration des chercheurs. Après les difficultés économiques, les scandales comme Enron, il y a eu un véritable retournement de tendance. Ce retournement a pris parfois l'aspect d'une négation totale quant à la capacité des consultants à créer de la valeur ; certains chercheurs voient avant tout dans le métier de conseil une capacité marketing à capter la valeur déjà créée par l'entreprise.


Toujours sur le plan académique, le retour à certains auteurs fondateurs va à l'encontre de cette situation actuelle. Pour Adam Smith, la division du travail joue un rôle essentiel dans la création de valeur, or les consultants peuvent être vus comme des acteurs qui justement approfondissent cette division. Pour Williamson, ensuite, l'entreprise externalise ses activités dès lors que le coût de transaction est inférieur au coût de production et de coordination interne : l'entreprise va ainsi rechercher sur le marché des activités qui lui coûteraient plus cher d'assurer en interne. Si des consultants sont mandatés, c'est qu'il doit y avoir, d'une manière ou d'une autre, création de valeur.


? L'avant dernier mécanisme tient de ce qui est appelé " l'alignement " : il s'agit de diminuer au maximum l'écart entre le management d'une part et la stratégie et les résultats effectifs d'autre part. Ainsi, on crée de la valeur dans ce sens, dès que des auditeurs, par exemple, font remonter jusqu'à la direction les informations liées aux processus.


Ces six théories ont été synthétisées pour former un modèle, comprenant trois dimensions. Les théories 1, 2, 3 traitent toutes trois de la création de valeur comme valeur fonctionnelle. La théorie 4 aborde la valeur du point de vue normatif et enfin les deux dernières traitent de la valeur comme valeur transformationnelle.



Publier sur Facebook Publier sur Twitter
Informations
Date :

30/12/2010


Langue :

Français


Pages :

10


Consultations :

5718


Note :
Téléchargement Gratuit
  • Votre email n'est pas valide

    Vous devez valider les conditions d'utilisation

    J'accepte les conditions d'utilisation

-->
Résumé

Editeur : L'institut de l'entreprise


Tags : Conseil, conseil en stratégie, conseil en management, organisations
Sur le même thème
Vues : 4046

Cet ouvrage d'introduction à la gestion d'entreprise propose un tour d'horizon des problèmes contemporains de gestion...

Vues : 1824

Face à la multitude des menaces qui pèsent sur l’entreprise, en assurer la sécurité peut apparaître comme un ensemble de...

Vues : 1349

Que leur activité soit ou non à but lucratif, leur propriété privée ou publique, leur taille modeste ou impressionnante,...

Vues : 900

La théorie des jeux est une approche formalisée de l'interaction entre les individus. Elle modélise les interdépendances...

Vues : 777

Le contenu de cat ouvrage est consacré à l'étude des règles de droit applicables en matière de gestion des entreprises. Le...

Vues : 610

As Machiavelli observed more than 500 years ago: A Prince who is not himself wise cannot be wisely advised... In other words,...

Du même contributeur
Vues : 3704

Etude de cas Elior : Le financement par LBO. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de l'entreprise....

Vues : 2720

Etude de cas Alstom : La couverture du risque de change. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de...

Vues : 2061

Un exemple d'internationalisation dynamique: la stratégie d'implantation de Chargeurs en Chine. Etude de cas issue des travaux...

Vues : 1698

Etude de cas Total : Le rachat d'actions. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de l'entreprise....

Vues : 1677

L'internationalisation du groupe AXA et son implantation en Asie du Sud-Est. Etude de cas issue des travaux de la commission...

Vues : 1647

Etude de cas Air France : Le financement des avions. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de...

Commentaires
Aucun commentaire pour cette publication
Ajouter un commentaire
Envoyer
Pour envoyer la page de votre document, notez ici les emails destinataires de votre demande :
Séparez les emails par des virgules
Signaler un abus
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour noter un document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour envoyer le document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous ne pouvez pas acheter de documents sur Needocs.
Vous pouvez vous référer aux conditions générales de vente et d'achat du portail pour connaître les modalités d'achat.