Fiche de lecture : Le chrysanthème et le sabre

Publié par : Sparta

Fiche de lecture : Le chrysanthéme et le sabre. En fin de compte, le comportement japonais est très fortement influencé, à travers toute ou vous critiquent, votre propre groupe se retournera contre vous et fera office d'agent de répression jusqu'à ce que ou à moins que l'individu que vous êtes puisse contraindre le groupe adverse à retirer ses critiques »


Consulter un extrait ci-dessous

Comment R. Benedict procède-t-elle dans son analyse ? Après avoir évoqué ses méthodes de récolte de l'information en introduction, nous allons maintenant nous attacher à montrer comment, dans son essai, elle organise son propos. Il ne s'agit pas ici de livrer un résumé équilibré de toute la matière de l'oeuvre, mais davantage de rendre compte des articulations logiques, ce qui sera ne se fera évidemment pas sans présenter aussi quelques éléments du fond.


R. Benedict part tout naturellement de la problématique qui lui a été posée, celle de la guerre. Comment le Japon se comporte-t-il dans la guerre et, en particulier, pour quelle raison profonde le Japon a-t-il entamé une guerre d'agression en Asie orientale ? Le chapitre 2 premier véritable chapitre d'analyse car, dans le chapitre 1, R. Benedict présente le cadre de son travail et justifie ses méthodes décortique ainsi l'éthique de guerre des Japonais, bien différente des us occidentaux. Elle relève deux valeurs japonaises fondamentales, l'ordre et l'allégeance. Je cite : " Le Japon, lui, voyait ailleurs la cause de la guerre. Le monde serait en proie à l'anarchie aussi longtemps que chaque nation disposerait d'une absolue. Il était donc nécessaire que ce pays combattît pour établir une hiérarchie dominée, cela va de soi, par le Japon puisque c'était le seul pays à avoir une société vraiment hiérarchisée de haut en bas et par conséquent à comprendre que chacun devait rester à sa place " [P30L5] ; " le peuple se battrait à mort avec des pieds de bambou aussi longtemps que l'Empereur l'ordonnerait, de même il accepterait pacifiquement la défaite et l'occupation si l'Empereur le lui commandait " [P41L-15]. Allégeance totale à l'Empereur et déférence à la hiérarchie au point d'en vouloir l'exportation belliqueuse : deux symptômes d'une société qui ne se concevrait que dans le respect d'un leitmotiv " chacun à sa place " ?


C'est là le titre et l'objet du chapitre suivant, dans lequel R. Benedict plus précisément les origines de ce besoin de hiérarchie, qu' " il ne faut pas assimiler [...] à l'autoritarisme tel qu'il a été pratiqué en Occident " [P52L22]. Avant de poursuivre, R. Benedict entreprend donc de déconstruire la connotation péjorative que l'occidental y attache. La hiérarchie


La hiérarchie de façade, institutionnalisée, celle que l'on doit respecter dans les formes, peut se distinguer des jeux de pouvoir véritables, en arrière-plan. R. Benedict montre que la hiérarchie japonaise est surtout un système d'allégeances et de rapports interpersonnels, dans la famille comme dans la société, forgé par le Japon féodal des castes, des daimyôs et shôguns, et maintenu au-delà. Formant une éthique à part entière, ces conceptions se sont déclinées en code, dont tout membre du groupe apprend la pratique dès le plus jeune âge. " Ce code garantissait la sécurité du moment qu'on en suivait les règles ; il autorisait à protester contre les abus et on pouvait le manipuler dans son propre intérêt. Il impliquait qu'on honorât des obligations réciproques. Quand le régime de Tokugawa s'effondra dans la première moitié du XIXe siècle, aucun groupe dans la nation n'était partisan de se débarrasser du code. " [P73L-9] Deux leçons : la hiérarchie est un échange, à l'image du respect que doivent au fils aîné d'une famille ses cadets et ses soeurs, qui est la contrepartie de la responsabilité qui incombe à l'aîné de perpétuer l'héritage (nom et biens) de la famille ; le code social trouve en tous des partisans car il assure la sécurité de tous.


" Ainsi les Japonais organisent leur monde en se référant constamment à la hiérarchie. Dans la famille et dans les relations d'individu à individu, l'âge, la génération, le sexe et la classe vous indiquent la conduite à tenir. Dans les affaires du gouvernement, dans la religion, dans l'armée, dans l'industrie, les champs d'intervention sont répartis entre les membres d'une hiérarchie dont aucun, qu'il soit en haut ou en bas de l'échelle, ne peut outrepasser ses prérogatives. Du moment que chacun reste à sa place, les Japonais acceptent sans protester. Ils se sentent en sécurité " [P91L17]. La moderniste réforme Meiji abolit certaines prérogatives, certaines relations d'interdépendance allégeance, ces bouleversements radicaux ne remettant pas eu question ce code profondément ancré dans les mentalités japonaises. Les acteurs signataires en changent, mais les termes du contrat social demeurent.


Le maître mot est donc celui des obligations morales, rassemblées sous le terme de on, que R. Benedict analyse principalement dans les chapitres 5 à 8. Elle illustre à quel point le comportement des Japonais est régit par le on, conçu comme une dette, envers les parents, un patron ou maître, ou encore l'Empereur... Certains de ces on sont " illimités ", il est impossible de " rembourser " complètement ces dettes morales infinies, ce qui signifie qu'une vie durant on se comporte en redevable dévoué. Benedict montre à quel point les nuances, les différents types d'obligations apparaissent dans la langue. Il y a le gimu, on illimité. Il y a le giri dette/remboursement fini, dont on peut s'acquitter. L'Empereur est l'objet du chu, un gimu, ce qui explique le dévouement jusqu'à dans la mort des soldats et civils japonais à leur empereur. Le chu est aussi plus généralement obligation envers la loi et le Japon et, il est capital de l'observer, R. Benedict le souligne, les différentes obligations ont eu, au cours de l'histoire du Japon, des importances relatives diverses. Ainsi, le chu était dû au shôgun du temps du shôgunat, jusqu'à la fin de l'ère Tokugawa, dont les adversaires agitaient un slogan proclamant que l'on devait le chu à l'Empereur et non au shôgun. De même, il y a pu y avoir, au cours de l'histoire, primauté de l'allégeance au daimyô, seigneur local, sur celle au shôgun. Une fois de plus, les débiteurs et créditeurs changent, mais les principes fondamentaux du code, ordre et allégeance, sont immuables. R. Benedict cite le cas extrême de prisonniers de guerre japonais qui après un phase d'apathie, suivant là leur éthique de guerre, laquelle considère qu'on s'acquitte de son on impérial en mourant au combat et qu'en se faisant faire prisonnier on perd toute humanité, toute existence dans la société japonaise, se sont



Publier sur Facebook Publier sur Twitter
Informations
Date :

09/01/2013


Langue :

Français


Pages :

7


Consultations :

7061


Note :
Téléchargement Gratuit
  • Votre email n'est pas valide

    Vous devez valider les conditions d'utilisation

    J'accepte les conditions d'utilisation

-->
Résumé
Tags : Ruth Benedict, fiche de lecture
Sur le même thème
Vues : 23758

En passant par un élève imaginaire, Emile, Rousseau expose ses théories sur l'éducation. Son projet pédagogique consiste...

Vues : 9223

Document sous licence CC : http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/. Qu'est-ce que consommer ? Ou plutôt, est-ce que...

Vues : 7138

Document sous licence CC : http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/. Dans ses Fondements de la métaphysique des moeurs,...

Vues : 5364

Document sous licence CC : http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/. Le Manifeste du Parti Communiste n'est pas un texte...

Vues : 3899

Document sous licence CC : http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/. Dans La Stratégie du Choc, Naomi Klein dénonce...

Vues : 3667

Cette fiche de lecture est un commentaire critique de l’ouvrage majeur de Naomi Klein, No Logo. En effet, c’est par ce...

Du même contributeur
Vues : 62926

Etude d'une éolienne. L’alimentation en électricité d’un site insulaire isolé se fait traditionnellement par des...

Vues : 35957

Cours et exercices de mécanique des sols. Un sol est un mélange : d’éléments solides : Provenant de la désagrégation...

Vues : 26582

Cours sur Commande PID d'un moteur à courant continu. La boucle fermée (contre réaction) est capable de stabiliser un...

Vues : 21894

Rapport de stage Axa. AXA, cette dernière crée une signature graphique forte qui renforce la reconnaissance de sa marque....

Vues : 20424

Cours de fiscalité. L'impôt est assis en fonction des capacités contributive du contribuable et ne comporte ni remboursement...

Vues : 19006

Cours sur Les problémes conjoncturels et structurels. Les problèmes conjoncturels sont les problèmes contingents,...

Commentaires
Aucun commentaire pour cette publication
Ajouter un commentaire
Envoyer
Pour envoyer la page de votre document, notez ici les emails destinataires de votre demande :
Séparez les emails par des virgules
Signaler un abus
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour noter un document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour envoyer le document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous ne pouvez pas acheter de documents sur Needocs.
Vous pouvez vous référer aux conditions générales de vente et d'achat du portail pour connaître les modalités d'achat.