Les commerciaux descendent de cupidon et leurs clients de vénus - La vente séduction en 20 leçons

Publié par : Maxima

Ce livre très argumenté montre que les comportements de séduction homme/femme, déclinés dans la vente, sont extrêmement efficaces pour expliquer et résoudre de nombreuses difficultés rencontrées par ceux et celles dont le métier est de vendre. A partir de scènes de la vie amoureuse, l'auteur, volontiers provocateur, fournit une grille de lecture très novatrice de la relation client/vendeur. En y reconnaissant des situations de vente vécues, chacun retiendra facilement - tout en se distrayant - les leçons de séduction commerciale de Pascal Py pour mieux prospecter, convaincre, vendre, fidéliser et négocier.


Consulter un extrait ci-dessous

En la circonstance, il me fallait les convaincre de vanter auprès de futurs jeunes diplômés l'intérêt d'une carrière dans la fonction publique... Quand on connaît la propension marquée des Français à exercer un métier sous la tutelle de l'État, ma mission revenait à proposer à des Touaregs de m'acheter du sable au beau milieu du désert ! C'est dire le trac qui m'habitait. Gorge nouée, voix chevrotante, pouls anormalement rapide, tous les indicateurs émotionnels virèrent au rouge quand j'entrai dans la salle où dix paires d'yeux m'observèrent avec circonspection. J'optai pour un profil bas. Je pris le parti de mettre en avant ma totale ignorance en matière commerciale. En clair, à peine monté sur le ring, j'annonçai que je n'avais jamais boxé ! Je fis valoir, défait, que, n'étant pas vendeur, je ne savais pas comment m'y prendre pour leur vendre quoique ce soit. Je m'empressai d'ajouter, à l'adresse de ces messieurs, que sans leur aide j'avais peu de chances d'y parvenir. Je leur suggérai d'examiner ensemble l'intérêt de passer une telle annonce et, s'ils en étaient d'accord, les grands points du message à délivrer aux jeunes lecteurs briguant de servir la mère patrie. En échos magiques à de tels propos, mon public se détendit sur le champ. Unanimement, les participants confessèrent la méfiance qu'éveillaient en eux les commerciaux.


Quelques semaines plus tard, un événement m'invita à revenir sur cette première commande et à m'interroger sur l'exacte nature des relations nouées par les clients avec les commerciaux. En l'espèce, un acheteur régulier d'espace dans nos publications me téléphona pour me reprocher de ne voir jamais personne de ma société. Je le priai de nous en excuser, récitai les explications d'usage, arguant d'un développement imparfaitement maîtrisé, de journées bien trop courtes, d'un sous-effectif notable, etc. Bref, tous les poncifs utilisés dans ce cas y passèrent. Puis, considérant son reproche comme un préambule à une commande, j'en vins enfin à lui demander les raisons de son appel.


Le cas s'avérait infiniment plus grave que je l'imaginais de prime abord. À la vérité, ce client regrettait que nous nous intéressions à lui pour ses seules commandes. Ce qui, de notre point de vue, semblait légitime lui apparaissait odieux. Un peu comme s'il s'agissait d'une galipette occasionnelle. Il me reprochait ce que les femmes déplorent souvent chez les hommes ; avoir le câlin opportuniste, énergisé par un désir à peine caché, pour hop... et puis tourne-toi et dors ! Je bredouillai à nouveau quelques excuses et proposai de lui rendre très prochainement visite afin de me faire pardonner, lui montrer combien mes collaborateurs et moi-même étions attachés à sa clientèle, patati patata...


Nana ! Le mot résonna étrangement en moi et me conduisit, mi-furibond mi-perplexe, à opérer un rapprochement avec les réactions de la commission de hauts fonctionnaires rencontrée quelques semaines plus tôt. J'observai, dans l'un et l'autre cas, la même ambivalence relationnelle empreinte d'une évidente féminité. Au fond des choses, les membres de cette commission étaient venus à mon aide, un peu comme une femme éduque un chérubin sans expérience alors qu'elle fuit les machos et redoute les séducteurs. Les diatribes des fonctionnaires sur les vendeurs baratineurs ressemblaient étrangement à celles des femmes à l'égard des dragueurs. Elles les détestent plus que tout, s'en méfient ouvertement, mais par ailleurs les femmes aiment être séduites et apprécient que l'on s'intéresse à elles. Ni trop, ni pas assez en quelque sorte. Un peu comme les clients dans les magasins. L'acheteur écarte d'emblée le vendeur en prétendant être venu jeter juste un oeil (sous-entendu bas les pattes, ne m'attaque pas) puis, son choix fait, s'impatiente de ne trouver personne pour s'occuper de lui. En pratiquant de la sorte, le client tient le vendeur à bonne distance, à la manière d'une femme à l'endroit d'un homme. Ni trop près, pour ne pas l'avoir en permanence accroché à ses basques et risquer de devoir céder à ses avances, ni trop loin, afin d'en disposer en cas de besoin. Revenant sur ma vente aux fonctionnaires, je me souvins que l'un d'entre eux, en prenant congé, me dit avec un large sourire, plutôt complice : " nous aurions dû nous méfier lorsque vous avez prétendu ne pas être un bon vendeur... ". Le propos ressemblait à s'y méprendre à celui que peut tenir une femme au petit matin après avoir cédé aux avances de l'homme qui l'a séduite : " j'aurais dû me méfier quand tu m'as dit que tu ne savais pas t'y prendre avec les femmes... ".


Je me fis donc cette réflexion que les clients comme les femmes disposent au final du même système de gestion de leurs relations avec ceux qui les entreprennent. Ni les uns ni les autres ne consentent à être pris de front, en force. Ils apprécient la douceur, la délicatesse, l'élégance et les prévenances. Les clients comme les femmes privilégient la qualité de la relation sur le but visé, la manière de parvenir à nos fins commerciales sur les fins elles-mêmes. En bref, pour les clients, le Comment (" comment tu t'y prends pour me conquérir ") prend souvent le pas sur le Pourquoi (" que cherches-tu à obtenir de moi ? ").


J'aurais peut-être classé sans suite mes réflexions sur la féminité des clients, si une singulière anicroche avec un commerçant ne m'avait persuadé que j'éprouvais moi-même, en qualité de client, un ressenti féminin troublant. Alors que je sacrifiais aux obligations du marché dominical, un vendeur de fruits m'apostropha d'un coutumier : " ils sont extra, vous m'en donnerez des nouvelles ".



Publier sur Facebook Publier sur Twitter
Informations
Date :

17/05/2011


Langue :

Français


Pages :

181


Consultations :

5478


Note :
Format :

PDF / EPUB


Télécharger l'EBOOK
  • Prix : 18.38€

  • Votre email n'est pas valide

    Vous devez valider les conditions de vente

    J'accepte les conditions de vente

100 % Compatible
Paiement 100 % sécurisé
Résumé

Auteur : Pascal Py


Editeur : Maxima


Parution : octobre-2008

ISBN : 978-2-8188-0088-1

Tags : Ebook, vente, commerciaux, clients, séduction
Sur le même thème
Vues : 1648

Ce livre traite de la négociation commerciale d'un point de vue pratique mais également psychologique. Les anomalies...

Vues : 1097

Repenser ses automatismes de vendeur, c'est ce que propose ce livre. de la prise de contact à la conclusion d'un marché, il...

Du même contributeur
Vues : 19173

Salariés, défendez vos droits ! répond le plus complètement et le plus simplement possible aux interrogations que peuvent...

Vues : 5977

"Après la Loi de Sécurité Financière en France et Sarbanes-Oxley aux Etats-Unis, les nouveaux textes réglementaires ainsi...

Vues : 4978

Les conséquences financières désastreuses de la fraude en entreprise déstabilisent les structures de toutes tailles et de...

Vues : 4595

Connaître le coaching est désormais essentiel pour tous les cadres car cette technique s'est aujourd'hui imposée comme le...

Vues : 4483

"Politiques, entrepreneurs et décideurs de toute sorte ont toujours fait appel aux conseils lucides et éclairés de Machiavel...

Vues : 3927

Ce livre va vous aider à toucher efficacement vos clients et vos prospects avec les moyens de communication les plus...

Commentaires
Aucun commentaire pour cette publication
Ajouter un commentaire
Envoyer
Pour envoyer la page de votre document, notez ici les emails destinataires de votre demande :
Séparez les emails par des virgules
Signaler un abus
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour noter un document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour envoyer le document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous ne pouvez pas acheter de documents sur Needocs.
Vous pouvez vous référer aux conditions générales de vente et d'achat du portail pour connaître les modalités d'achat.