BNP Paribas en Chine et à Hong-Kong

Publié par : Frenchcorp

BNP Paribas en Chine et à Hong-Kong. Etude de cas issue des travaux de la commission Entreprises dans la mondialiasation : http://www.institut-entreprise.fr/index.php?id=170


Consulter un extrait ci-dessous

L'intégration de la Chine dans l'économie mondiale s'est accélérée avec son entrée dans l'OMC. Cette entrée s'inscrit dans la continuité du processus de libéralisation lancé par Pékin à la fin des années 70. A l'inverse de la plupart des autres pays en transition, le gouvernement chinois a adopté une approche de libéralisation graduelle, avec un abaissement progressif des tarifs douaniers et une ouverture sélective des secteurs économiques. Les récents engagements de la Chine portent sur une ouverture globale de son marché intérieur avec une réduction des barrières tarifaires3 (droits de douanes) et non-tarifaires4 ainsi que sur l'ouverture du secteur des services.


Ceci étant, la libéralisation consentie dans le cadre des accords OMC est, en réalité, canalisée par une série de mesures (au moins en ce qui concerne le secteur financier, exemple du relèvement des niveaux de capital requis pour les banques étrangères, par la nouvelle réglementation entrée en vigueur début 2002).


La logique chinoise initiée à la fin des années 1970, consolidée par l'entrée dans l'OMC est en effet celle d'un pilotage de la transition économique par recours à une dose contrôlée d'ouverture à des fins de réforme domestique. C'est sous cet angle semble-t-il que doit s'analyser le " cas chinois dans la mondialisation "


Certes, ces accords vont contribuer à augmenter les échanges commerciaux avec le reste du monde, car ils constituent aux yeux des autorités chinoises, au moins autant un levier d'ouverture des marchés extérieurs aux produits chinois (montée en puissance de la Chine dans le commerce mondial) qu'une libéralisation du marché intérieur (mesures protectionnistes pré et post OMC).


En effet, après son accession, les exportations chinoises bénéficieront du traitement de la nation la plus favorisée de la part de tous les pays membres. La plupart de ses grands partenaires lui accordaient déjà ce statut. Mais certains pays en Asie (notamment la Malaisie et la Thailande) et ailleurs (Pologne, Hongrie, Turquie et Argentine) vont devoir réduire un peu plus leurs droits de douanes et subir les effets de la concurrence chinoise sur leur industrie de main-d'?uvre (textile, cuirs). De plus, en tant que membre de l'OMC, la Chine profitera de l'élimination en 2005 des quotas sur le commerce mondial des produits textiles qui limitent les exportations des pays en développement vers les grands marchés américains et européens5. Par conséquent, ses parts de marchés mondiaux devraient s'accroître rapidement, notamment sur les secteurs de biens à forte composante de main-d'?uvre comme le textile. Selon les estimations de la Banque Mondiale, les exportations chinoises dans le textile pourraient représenter près de la moitié des exportations mondiales en 2005 (contre moins de 20% en 1995).


Historiquement, le développement du commerce extérieur de la Chine a requis des opérations de support financier, le trade finance. Ces opérations sont traditionnellement parmi les premières missions d'une banque7. En effet, les banques et les institutions financières étaient à l'origine au service des échanges commerciaux. La symbiose entre banque et commerce trouve son fondement dans la nature du risque et sa dimension temporelle. Comme le retour sur investissement est par nature différé dans le temps par rapport à la mise de fonds


Pendant longtemps, les activités de trade finance et de règlements internationaux sont restés sous le monopole des banques domestiques chinoises, tant que les activités de commerce extérieur ont été dominées par les entreprises d'Etat. Mais les FIE ont gagné en puissance et représentent désormais environ 50% des exportations totales du pays. Une telle évolution élargit les perspectives pour les activités de trade finance pour les banques étrangères. En effet ces dernières disposent d'une gamme de produits et services plus sophistiqués et plus adaptés aux besoins des FIEs8. En théorie, leur marge de progression est grande, étant donné leur très modeste place actuelle dans le paysage financier chinois. Ceci étant, la part de marché des banques étrangères en Chine, après une dizaine d'années d'ouverture, reste limitée: 2.6 % des actifs, 1.4 % des prêts, 2.5 % des dépôts.



Publier sur Facebook Publier sur Twitter
Informations
Date :

30/12/2010


Langue :

Français


Pages :

10


Consultations :

5465


Note :
Téléchargement Gratuit
  • Votre email n'est pas valide

    Vous devez valider les conditions d'utilisation

    J'accepte les conditions d'utilisation

-->
Résumé

Editeur : L'institut de l'entreprise


Tags : étude de cas, BNP, Chine
Sur le même thème
Vues : 6585

Etude de cas Crédit Agricole. Etude de cas issue du cours de stratégie d'entreprise.

Vues : 1772

L'internationalisation du groupe AXA et son implantation en Asie du Sud-Est. Etude de cas issue des travaux de la commission...

Vues : 1582

Etude de cas Dexia : Le financement des collectivités locales. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de...

Vues : 1098

Etude de cas BNP Paribas : L'acquisition de BNL. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de l'entreprise....

Vues : 990

Etude de cas BNP Paribas : Le microcrédit. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de l'entreprise....

Vues : 978

Etude de cas Oray : La PME et son banquier. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de l'entreprise....

Du même contributeur
Vues : 3847

Etude de cas Elior : Le financement par LBO. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de l'entreprise....

Vues : 2788

Etude de cas Alstom : La couverture du risque de change. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de...

Vues : 2127

Un exemple d'internationalisation dynamique: la stratégie d'implantation de Chargeurs en Chine. Etude de cas issue des travaux...

Vues : 1784

Etude de cas Total : Le rachat d'actions. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de l'entreprise....

Vues : 1735

Etude de cas Air France : Le financement des avions. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de...

Vues : 1665

Etude de cas Orange : Orange et Tunisie Telecom. Etude de cas issue des travaux de la commission Financement de l'entreprise....

Commentaires
Aucun commentaire pour cette publication
Ajouter un commentaire
Envoyer
Pour envoyer la page de votre document, notez ici les emails destinataires de votre demande :
Séparez les emails par des virgules
Signaler un abus
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour noter un document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour envoyer le document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous ne pouvez pas acheter de documents sur Needocs.
Vous pouvez vous référer aux conditions générales de vente et d'achat du portail pour connaître les modalités d'achat.