Le système de fichiers

Publié par : Docenstoc

Document sous licence CC: http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/. Le système de fichiers.


Consulter un extrait ci-dessous

Hélas, tout cela serait bien trop simple si tous les systèmes de fichiers possédaient le même découpage des blocs physiques en blocs dits logiques. Chaque type de système regroupe plusieurs blocs physiques en un seul logique. Le seul point commun entre tous les systèmes de fichiers correspond aux nombre de blocs physiques utilisés qui eux possèdent la taille fixe de 512 octets. Ainsi, la dénomination " bloc " correspondra dans la suite de cet article à un bloc logique.


Le bloc d'amorçage est le premier, numéroté 0, d'un système de fichiers. Il peut contenir un programme charger d'initialiser le système. Normalement, seul le premier système de fichiers, si plusieurs partitions existent, possède un bloc d'amorçage non vide. Dans le cas du système ext2fs, la taille de ce bloc est de 1024 octets, soit un kilo octet. A la suite du bloc d'amorçage, ce trouvent des groupes de blocs. Chaque groupe contient un superbloc, suivi d'une description des groupes de blocs, puis d'informations sur les blocs ou inodes occupés et enfin viennent la table des inodes et les blocs de données (voir figure 2). Nombreux sont ceux qui doivent connaître la signification de " inode ". Sous Linux, un inode est destiné à gérer les informations d'un objet du système de fichiers. Par exemple, ce sont les inodes qui gèrent les droits d'accès ou les liens symboliques.


Comme nous venons de le voir, un groupe de blocs contient six éléments (les informations des blocs et inodes comptant pour deux sur la figure ci-dessus). Le système ext2fs est donc constitué d?une multitude de groupes de blocs dont la taille est de 8 192 blocs dont 2 048 inodes. Parmi ces derniers, les 8 premiers sont réservés par le système. Il en reste donc 2 040 à disposition de l'utilisateur.


Les informations des blocs et des inodes est une image binaire de l'occupation des blocs et inodes. Codées sur 1024 octets, ces informations indiquent un bit mis à 0 pour un bloc libre ou à 1 pour un bloc utilisé. Avec ces 1024 octets, il est possible de se renseigner sur l'état de 8 192 blocs ou inodes. On retrouve ici la limite d'un groupe de blocs.


La table des inodes répertorie les 2 048 inodes les uns à la suite des autres. Un inode est essentiel pour permettre l'accès aux fichiers car il décrit toutes les caractéristiques d'un fichier donné. Pour chaque fichier enregistré sur le disque dur, un inode est associé.


Enfin, les blocs de données occupent l'espace compris entre la fin de la table des inodes jusqu'à la fin du groupes de blocs. Chaque bloc de données a exactement la taille d'un bloc logique. Vous l'aurez compris, ce sont les blocs de données eux-mêmes qui renferment les données de votre ordinateur. Les accès aux blocs de données sont possibles grâce à la table d'adressage des blocs de données. Cette table contient en tout et pour tout 15 enregistrements. Chacun d'entre eux renvoie à un bloc de données. La structure de ces enregistrements permet d'adresser un total de 16,6 Go, ce qui est la limite d'une partition ext2fs. Outre cette limitation, le fait que la référence au prochain caractère à lire ou à écrire soit indiquée par un entier non signé de 32 bits limite la taille d'un fichier à 2^32, soit 4 294 967 295 octets. C'est à dire 4 Go.



Publier sur Facebook Publier sur Twitter
Informations
Date :

08/10/2010


Langue :

Français


Pages :

7


Consultations :

5176


Note :
Téléchargement Gratuit
  • Votre email n'est pas valide

    Vous devez valider les conditions d'utilisation

-->
Résumé

Auteur : Romain Guy


Tags : Linux, fichiers, arborescence, stockage, disque dur
Sur le même thème
Vues : 1790

Cours de base de données niveau BAC SI : Démarche de détermination de la structure d'une base de données.

Vues : 1066

Normes de développement SQL. Ce document a pour objet de définir les règles de nommage des différentes objets et éléments...

Vues : 712

Document sous licence Creative Commons : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/be/deed.fr. Introduction aux bases de...

Vues : 633

Programmer MySQL avec Visual C. tutoriel proposé par Jacques Abada.

Vues : 462

Rappel des bases théoriques L'instruction Select Les différentes jointures Les particularités sous Sql server et MySql

Du même contributeur
Vues : 7550

Cours de PHP par le PHP Documentation Group. Ce manuel peut être redistribué sous licence GNU General Public License. PHP,...

Vues : 4115

Document sous licence CC: http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/.

Vues : 3806

Livre Blanc : Industrialisation PHP par Alter Way. Document publié sous licence OpenContent.

Vues : 3792

Méthodes de programmation systèmes par Emmanuel DESVIGNE. Document sous licence GNU/FDL.

Vues : 3739

Cours d'introduction aux architectures n-tier dispensé à TELECOM Bretagne. Cours sous licence Creative Commons :...

Vues : 3507

Document sous licence CC: http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/. Java pour le développement d'applications Web.

Commentaires
Aucun commentaire pour cette publication
Ajouter un commentaire
Envoyer
Pour envoyer la page de votre document, notez ici les emails destinataires de votre demande :
Séparez les emails par des virgules
Signaler un abus
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour noter un document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour envoyer le document.
Cliquez ici pour vous inscrire.
Vous ne pouvez pas acheter de documents sur Needocs.
Vous pouvez vous référer aux conditions générales de vente et d'achat du portail pour connaître les modalités d'achat.